Réussites

Merlin Technology

Climat ambiant nettement amélioré grâce à l'humidification de l'air

C’en est fini des yeux qui pleurent à moins de 20 % d'humidité de l'air dans les bureaux de Werba-Chem GmbH à Vienne. Depuis 2014, le système d'humidification de l’air à haute pression ALPHA de Merlin Technology instaure un climat ambiant sain et agréable.

Les murs des bureaux de l’entreprise chimique Werba-Chem sont bardés de bois. « Pendant la période de chauffage, le taux d'humidité de l'air chutait pour passer au-dessous du seuil de 20 %. Malgré l’installation de divers appareils d'humidification de l'air, rien n’y faisait », explique la PDG, Vera Wohlgemuth. Le choix s’est alors porté sur un système d’humidification de l'air moderne. Merlin Technology s’est alors nettement imposée par rapport à la concurrence. « Si l’on tient compte des conditions de construction difficiles et de l'installation ultérieure, Merlin Technology a proposé une solution optimale et plus flexible », déclare Mme Wohlgemuth. Quatre ans après la mise en service du système Alpha, la société Werba-Chem fait le point. « Le climat ambiant proposé aux collaborateurs s'est nettement amélioré », affirme la PDG. Le PDG de Merlin, Johann Reisinger, le confirme : « Il a été prouvé qu’un taux d’humidité constant améliore le bien-être et favorise la productivité ».    

90 % d’économie d’énergie
Le système Alpha de Merlin Technology permet à chaque zone d'être régulée, contrôlée et humidifiée individuellement. Le potentiel d'économie d'énergie est énorme et s'élève à environ 90 % par rapport aux humidificateurs à vapeur. Les buses, qui bénéficient d'une technologie optimale, assurent une atomisation d’eau ultrafine, pour une taille d'aérosol de 11 µm. Ces systèmes bénéficient d’un circuit de sécurité unique, qui empêche une humidification excessive. « Le système d'humidification de l'air est d'une fiabilité totale et est facile à utiliser. Nous ne pouvons que recommander Merlin Technology, en particulier pour la qualité de ses prestations de services », souligne Mme Wohlgemuth.

Retour